Mythes, légendes et superstices de nos régions

Wiki

FrontPage

La légende du Mont Gaïna (28 May 2012 14:17 By Blaga Corina)
La Grotte du Glacier de Scărişoara (25 April 2012 13:47 By Salcie Oana-Claudia)
Photos de la Normandie mystérieuse (11 October 2012 07:55 By Evelyne Paquetet ses élèves)
Légendes médiévales de Normandie (20 October 2012 10:48 By Evelyne Paquetet ses élèves)
Photos de la Normandie mystérieuse (11 octobre 2012 07:55): les élèves de Fécamp ont pris des photographies évoquant pour eux la Normandie mystérieuse, ce qui leur a servi de support pour écrire des récits.
Réactions des élèves français autour de deux textes consultables en ligne :
« Horla » de Guy de Maupassant et
La Légende de Saint Julien l’Hospitalier 
Cathédrale Notre-Dame de Rouen : Vitrail de Saint Julien l'Hospitalier (fichier joint)
Rouen au Moyen-Age et à la Renaissance. Atelier d’écriture, seconde C: diaporama  créé par les élèves français (fichier joint)

 

 

 

 

 

0 Attachments
936 Views
Blog
Blogs »
Légendes de Normandie

Légendes normandes et bretonnes

Les élèves français de la seconde D ont fait une recherche documentaire et vous proposent de découvrir quelques légendes normandes et bretonnes :

La Légende de la Hougue Bie : http://normandie-jeunesse.hautetfort.com/archive/2011/12/15/culture-de-normandie-la-legende-de-la-hougue-bie.html

L'âme qui chante : http://legendesbretonnes.centerblog.net/

La Légende des Oies de Béate : http://www.normandie-heritage.com/spip.php?article630

http://mortain.free.fr/Legendes/legende6.htm

Merlin : http://la.piterne.free.fr

La fontaine de Barenton : http://www.bretagne-celtic.com/accueil_legende.htm   

 

 Image

Légendes médiévales de Normandie

Au Moyen-Age, tous pensaient que dans la Seine vivait un monstre de l'enfer, d'une laideur repoussante, d'une allure gigantesque, des écailles visqueuses, recouvertes de vase, avec une gueule émincée crachant de l'eau. Ceux qui osaient s'aventurer au bord de la Seine subissaient les flots infernaux de la bête jaillissante de ces profondeurs.

Un jour, les hommes se révoltèrent, et voulurent en finir avec la créature. Les paroles étaient là, mais aucun n'osait affronter la bête. Il fallait , pourtant, se décider. C'est alors qu'un évêque se proposa . Mais, il avait peur d'y aller seul. L'homme demanda alors si quelqu'un voulait bien l'accompagner dans sa quête. Personne ne répondit sauf un prisonnier condamné à mort. L'êveque se munit d'une crosse, accompagné du prisonnier. Ils déscendirent jusqu'à la Seine, Le monstre sortit du fleuve, l'évêque tendit sa crosse vers celui-ci, et soudain il se coucha au pied des deux hommes. L'êveque passa son étole autour du cou de la bête obéissante. L'homme religieux la ramena au pied de la cathédrale située à Rouen. La foule cria : "A mort ! ". Le peuple brûla donc la créature des enfers.

Les cendres furent jetées dans la Seine, Et tous les ans, un prisonnier condamné à mort est libéré.

 

Océane Robert, Aliénor Lavier et Laurie Kervella.

 

Autrefois un monstre vivait dans la Seine, il crachait de l'eau sur les passants, et noyait les habitants qui étaient autour.
Les gens n'osant pas l'affronter par peur.L’évêque de Rouen demanda si quelqu'un voulait l'accompagner. Soudain une voix venue de nulle part l'interpella. C’était un prisonnier, qui, se sachant condamné décida de se sacrifier pour aider l’évêque et les habitants. Il descendit sans précipitation à la Seine quand soudain le monstre surgit de l'eau. L’évêque sortit sa crosse et sa croix et les dirigea vers le monstre. La bête sortit de l'eau, l’évêque tendait sa crosse et le pouvoir de Dieu fut tel que le monstre se coucha devant le maître. Ensuite l’évêque prit son étole et avec l'aide du prisonnier, le mit autour du cou du monstre puis le tira jusqu'à la place de Rouen où l' attendaient les habitants avec impatience. Puis on  le surnomma "gargouille". Les gens crièrent " à mort la gargouille, à mort le monstre ".
Ils brûlèrent la gargouille et des flammes rouges, jaunes sortirent. Ensuite ils récupérèrent les cendres puis les jetèrent dans la Seine. Pour récompenser le prisonnier, isl le libérèrent.
Depuis ce moment- là, tous les ans un prisonnier est libéré. Et le monstre n'est jamais revenu.

Préterre Manon , Crochemore Morgane et Boulhan Camille.

 

La Gargouille

 

Autrefois, dans la Seine, vivait un monstre surnommé « La Gargouille ». Ce monstre crachait de l'eau, noyant les berges avec une gueule émincée et sa peau était reptilienne. Quand ce monstre apparaît, on peut distinguer des vagues, des remous et des bulles à la surface de l'eau. Tous les habitants le craignaient, ils voulaient que la « gargouille » disparaisse mais personne n'osait s'en approcher par peur de mourir. L'évêque, voyant les gens malheureux et apeurés, alors il prit la décision de l'affronter lui- même, mais ne se sentant pas d'attaque, il demanda à quelqu'un de l'accompagner. Personne ne lui répondit, jusqu'à ce qu'un prisonnier de Rouen condamné à mort, eût le grand courage de l'accompagner jusqu'à la Seine.

Peu après, les deux hommes descendirent doucement et avec peur, vers le fleuve. Une fois arrivés là- bas, l'eau se mit à s'agiter et des vagues apparaissaient. Puis, le monstre sortit, montrant sa grande gueule. L'évêque dirigea sa crosse en direction du monstre qui se coucha aux pieds de l'évêque Saint-Romain, ensuite il mit son étole autour du cou de la gargouille, le traînant jusqu'à la place de Rouen, où les gens criaient « A mort le monstre ! ». Puis, ils mirent le feu à la gargouille. Celle-ci finit en cendres, qui seront jetées dans la Seine.

Ensuite, le prisonnier fut mis en liberté pour le récompenser de sa bravoure envers l'évêque et les habitants. Pour fêter cet événement, chaque année, un prisonnier fut libéré.

 

Manon Clouet, Mathilde Beuzeboc et Steven Gréard

Image

 

 

 

Next

  • Comments
La légende de la Gargouille

Texte de Valentine, Emeric et Mathilde Lefebvre
Au début du Moyen-âge, une étrange et monstrueuse créature vivait dans la Seine. Ce monstre était gigantesque, sa gueule émincée, son corps recouvert d'écailles et avait une silhouette reptilienne.
Les habitants de Rouen étaient terrifiés. On le surnommait «  la gargouille ». Lorsque le Hommes s'approchaient ,on voyait des bulles remonter à la surface et le monstre sortait de la Seine en crachant des litres et des litres d'eau. Il fallait à tout prix vaincre et tuer ce monstre. Un jour, un évêque se porta volontaire mais refusait d'y aller seul. Il demanda si quelqu'un voulait bien l'accompagner et une petite voix sortit de la prison. C'était un condamné à mort. Ils s'en allèrent tous les deux pour vaincre ce terrible monstre. L'évêque était muni d'une croix et de son étole. Ils s'approchèrent de la Seine, le monstre surgit de l'eau et peu avant que le monstre ne crache son eau, l'évêque montra sa croix et le monstre se coucha à ses pieds. Il mit l'étole autour de son cou et le monstre le suivit jusqu'à la place centrale. On brûla le monstre et jeta ses cendres dans la Seine. On entendit plus jamais parler de la gargouille.

Posted on 20/10/12 11:32.

Top Top
Texte d'élèves
A Rouen vivait un monstre dans la Seine,.Quand quelqu'un s'approchait des rives de la Seine , ce monstre gigantesque sortait de l'eau , crachait de l'eau, et noyait les maisons et les habitants.
Tous les habitants avaient peur de ce monstre et voulaient le tuer, mais tout le monde en avait peur, sauf l'évêque Saint-Romain qui était volontaire pour aller le tuer et qui dit : « j'irais » mais il ne voulut pas partir seul.C'est alors qu'un condamné à mort fut volontaire pour l'accompagner dans cette aventure. Ce prisonnier n'avait rien à perdre. Ils partirent, l'évêque avec sa crosse, et le prisonnier mains nues , arriva aux bords de la Seine.Le monstre montra le bout de sa gueule, mais l'évêque brandit sa crosse devant la tête du monstre et celui ci vint se coucher à ses pieds comme un petit chien qui eût été dressé. Il prit son étole et le mit autour du cou du monstre pour le tirer jusqu'à la place de l'église. Là-bas, les gens l'acclamèrent, et criaient « A mort le monstre ». Le monstre fut brûlé et ses cendres jetées dans la Seine. Le prisonnier fut libéré pour bonne action.


Clémence S.
Mélanie B.
Alicia L.
Elodie H.

Posted on 20/10/12 11:35.

Top Top
Léna et Chloé
Légende d'une histoire d'un monstre.

C'est l'histoire d'un monstre qui s'appelait Gargouille et quelquefois sortait sa gueule et tout son corps de la Seine. Quand les gens se promenaient sur les bords de Seine, ce monstre surgissait de cette eau, ils ne pouvaient même plus se promener tellement ils avaient peur. Si l'eau se mettait à faire des vagues, si des bulles apparaissaient de l'eau; le monstre allait surgir, quand il sortait, il leur crachait de l'eau jusqu'à les tuer. Mais un jour, un evêque en eu assez, il s'appelait Romain, il voulait aller vaincre le Gargouille pour que les gens puissent sortir tranquillement, il demandait aux personnes de venir l'aider mais personne ne voulut.. Sauf un jeune condamné à mort de la prison de Rouen, qui n'avait plus rien à perdre puisque que dans tous les cas, il allait mourir:il accepta donc de l'accompagner, il descendit à vive allure sur les bords de Seine en attendant que le monstre apparaisse. D'un seul coup, des bulles surgissent, des vagues se forment, et là, il se mit à sortir de l'eau, puis l'évêque dirigea sa croix vers lui, le monstre se coucha à ses pieds.Saint-Romain mit son étole autour du cou du monstre en le traînant jusqu'à la grande place, là où il y avait toutes les personnes qui criaient "A mort le monstre! A mort le monstre, A mort le monstre!" . Depuis ce jour, tous les ans, à la même date, a lieu une fête célébrant la disparition du Gargouille,et grâce à cela, un prisonnier est relâché chaque année en honneur du monstre. Et le prisonnier fut libéré d'avoir eu autant de courage! Plus personne n'a jamais revu ce monstre depuis.


BARBARAY Chloé
MONVILLE Léna

Posted on 20/10/12 11:39.

Top Top
Autrefois, au Moyen-Age, à Rouen, vivait, dans la Seine, un monstre qui, lorsque des personnes se promenaient près de ce fleuve, inondait les berges pour les dévorer. Un jour, les habitants se réunissent pour désigner quelqu'un qui irait tuer le monstre. Un évêque, Saint-Romain, se porta volontaire, mais ne voulait pas y aller tout seul. Alors, du fond de sa cellule, un condamné à mort qui n'avait donc plus rien à perdre, se proposa de l'accompagner. Un fois arrivé à destination, le monstre, qui sentit leur présence, sortit de l'eau, prêt à se jeter sur eux. Mais l'évêque leva sa croix dans sa direction, et, devant la puissance de Dieu, il se coucha devant eux. L'évêque l'entoura de son écharpe, et la traîna jusqu'à la place de la cathédrale. Les habitants prirent la décision de le brûler vif, et de jeter ses cendres dans la Seine.



Elodie Danger et Camille Cuvillez

Posted on 20/10/12 14:23.

Top Top
Au début du Moyen-age à Rouen dans la Seine vivait un monstre qui faisait trembler le fleuve quand arrivait le moment de manger ! Il se leva et ouvrit sa gueule pour cracher de l'eau sur les paysans, en innndant les maisons!

Les gens en panique appelaient au secours; quand un évêque acclama sa bravoure !

Mais une personne devait l'accompagner personne ne répondit à l'appel quand une petite voix venant d'une prison de Rouen répondit:" Moi je me dévoue, je ne suis bon qu'à mourir."

L'évêque et le prisonnier partirent en bord de Seine et le monstre se réveilla.

Il le tua !

Tous le monde acclama le nom de St Romain.

GRIMOIN Quentin

Posted on 20/10/12 14:26.

Top Top
Tout se passe à Rouen, dans le fleuve de la Seine.Un monstre vomissait de l'eau. Quand des hommes s'approchaient de lui ,il créait des vagues et les noyait, puis quand ils étaient à sa portée, il les mangeait. Personne ne voulait le combattre, tout le monde en avait peur. C'est l'évêque, St Romain de Rouen ,qui s'est proposé pour y aller. Mais au dernier moment, il décide de ne plus y aller seul. Un prisonnier qui était condamné à mort, s'est désigné pour accompagner l'évêque. L'évêque muni d'une cross,de sa croix et accompagné allèrent a la Seine. Le monstre sort de l'eau, l'évêque montre sa croix et la gargouille se couche devant les deux hommes. L'évêque enlève son étole et la met autour du cou de la bête. Les deux hommes ramènent alors le monstre qui terrorisait le peuple sur la place de Rouen. Les habitants lui mirent le feu, ils entendaient la bête hurlait de douleur. L'évêque reprit les cendres et les jeta dans le fleuve. Le prisonnier fut acquitté de sa peine et libéré. Tous les ans à cette occasion une fête était célébrée et un prisonnier était relâché. Tifany Tauvel Isaline Kwasniewski et Paul Blondel

Posted on 20/10/12 14:28.

Top Top
Légendes et peuples des vals du pays de Caux

Les valleuses sont des vallons suspendus au-dessus de la mer, avec un sentier qui y descend. A Fécamp se trouve le val Saint-Nicolas, dont la légende dit qu'il s'agirait de l'empreinte du géant Gargantua qui allait en Angleterre et passa la Manche d'une enjambée.
De l'autre côté du val au Hareng, dénommé ainsi car autrefois les barques se livraient à la pêche au hareng sur la côte, apparaît le village de Senneville sur Fécamp, peuplé autrefois de pêcheurs et de paysans, bien distincts.En effet, les paysans ne naviguaient pas et l'on retrouve là la trace de la terreur ancestrale des Calètes (peuple celte arrivé dans le pays de Caux au IV ème siècle avant Jésus-Christ)face à l'invasion des pirates normands.

Posted on 18/11/12 14:52.

Top Top
File archive

Showing 2 results.